UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Conseil supérieur du notariat : Didier Coiffard élu Président

Notaire
Outils
TAILLE DU TEXTE

Didier Coiffard, Président du CSNDidier Coiffard est le nouveau Président du Conseil supérieur du notariat (CSN).

Didier Coiffard, 58 ans, notaire à Oyonnax, a été élu Président du Conseil supérieur du notariat (CSN) au cours de l’Assemblée générale qui s’est déroulée le 25 octobre 2016.

Didier Coiffard souhaite mener à bien plusieurs chantiers pendant les deux années de son mandat.

La confiance sera l’axe principal du nouveau président du CSN.

Afin de sortir de la spirale des agressions à répétitions, Didier Coiffard souhaite rétablir la relation de confiance avec l’Etat dont il attend de nouvelles délégations sans que la nation y pourvoie par l’impôt.

La profession doit avoir confiance en son avenir, accueillir les jeunes qui vont se lancer dans une aventure incertaine en les accompagnant, tout en préservant l’équilibre économique des offices existants.

Enfin, la profession doit approfondir la relation de confiance avec sa clientèle en continuant à investir dans les nouvelles technologies du numérique. Il importera surtout de multiplier les initiatives pour diversifier la palette des services du notariat, pour déployer des outils utiles au grand public sur le web, pour demeurer à la pointe du numérique et être acteur de confiance en matière d’identification et de signature électronique.

Cette confiance trouvera aussi à se déployer en préservant l’indépendance de la profession : par la compétence grâce à une réforme de la formation ouvrant une voie doctorante ; par le maintien de son avance technologique lui permettant de mettre en œuvre des partenariats efficaces avec l’Etat ; par une déontologie forte garante de l’impartialité et du conseil désintéressé ; et enfin par la préservation des marges seules capables d’assurer le service public de la justice amiable dont le notariat a la charge.