"Street View" toujours sous surveillance de la CNIL

Protection de la vie privée
Outils
TAILLE DU TEXTE

Depuis le lancement en France de son service "Street View" en 2008, dispositif de photographie des rues, Google a amélioré la méthode de "floutage" des visages mis en place pour assurer la protection de la vie privée des personnes figurant sur les photos. Toutefois, la Commission nationale de l'informatique et des libertés continue de recevoir des plaintes à son sujet. En effet, depuis début août 2009, des tricycles dotés de caméras circulent dans certaines villes de France, permettant ainsi de photographier des zones non accessibles en voiture, alors que jusqu'ici les parcs et les zones piétonnes n'étaient pas concernées par le serice. Ainsi, les personnes de profil ou les plaques d'immatriculation visibles à travers un grillage ou de biais ne sont pas toujours détectées et "floutées". De même, des vues (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.