Le monde du droit

Lundi 24 juillet 2017

Vous êtes ici : Interviews / Portraits Jean-Sébastien Dumont, Associé, BG2V

Jean-Sébastien Dumont, Associé, BG2V

Envoyer Imprimer PDF

Jean-Sébastien Dumont, Associé, BG2VLe Monde du Droit a interrogé Jean-Sébastien Dumont qui vient de rejoindre BG2V en tant qu'associé.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre BG2V ?

BG2V présente l’avantage d’une pluridisciplinarité vraiment intégrée et réussie. Les différents départements travaillent au quotidien ensemble sur les dossiers avec le souci permanent de fournir rapidement un conseil à forte valeur ajoutée qui soit à la fois pertinent, réellement applicable, et adapté aux besoins du client.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Après une formation en droit notarial et une première expérience en tant que notaire stagiaire, je me suis orienté vers la fiscalité, dans le cadre d’un DJCE d’abord, puis de mon expérience professionnelle.
Ayant commencé ma carrière d’avocat chez les Big, Fidal, Arthur Andersen. Je me suis ensuite orienté vers les cabinets d’avocats : Françis Lefebvre, Taylor Wessing, Nixon Peabody et, en dernier lieu, Redlink.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Bernard Plagnet et Jean-Yves Mercier, pour ne citer qu’eux, qui ont eu l’immense mérite de me montrer qu’il est possible de rendre intelligible pour un non sachant une matière aussi technique que la fiscalité, ce que je m’efforce de ne jamais oublier.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Le jour où, étant collaborateur, j’ai eu mon premier client. C’était il y a douze ans, et c’est un groupe que je conseille encore aujourd’hui.

Quels sont vos domaines de compétences ?

La fiscalité, des entreprises principalement, mais aussi des dirigeants et les management packages.

Qui conseillez-vous ?

Des grands groupes internationaux, également des ETI et PME françaises. Mais aussi des fonds d’investissements.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

Tout d’abord réussir notre intégration et, ensuite, poursuivre son développement.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)